Marjorie Loiseleur

PRATICIENNE NATUROPATHE

Endométriose et douleur: avez-vous pensé au flux instinctif?
woman-gc9d0a9ea0_640

Date

Ceci est l'excerpt du post. Un résumé court et efficace de ce que traite le post.

Pour cet article dédié à l’endométriose, je vous parle du flux instinctif et de son intérêt dans la gestion de la douleur. Etant moi-même endogirl, j’ai pu réduire significativement mes douleurs menstruelles grâce à cette pratique. Mais que vous soyez atteinte d’endométriose ou non, le flux instinctif peut véritablement vous faire gagner en confort lors de vos menstruations.

Quelques rappels sur l’endométriose

L’endométriose est une maladie gynécologique chronique et inflammatoire touchant près de 10% des femmes. Elle se caractérise par la présence de cellules semblables à celles de la muqueuse utérine (endomètre), en dehors de l’utérus.
Ces cellules peuvent ainsi se développer sur les ovaires, le péritoine, les ligaments utérins, le rectum et la vessie. Elles peuvent également aller jusqu’aux intestins, le col de l’utérus, du vagin ou de la vulve, la paroi abdominale interne, les uretères (conduits reliants les reins à la vessie) et les replis du péritoine.
Plus rarement, l’endométriose peut atteindre des organes plus éloignés comme l’estomac ou les poumons.
Les tissus ainsi formés (ou lésions) présentent les mêmes caractéristiques que l’endomètre: ils saignent lors des menstruations et sont sensibles à l’action des oestrogènes. C’st pour cela que l’endométriose est une maladie dite « oestrogéno-dépendante ».
La cause exacte de l’endométriose est inconnue mais les scientifiques ont émis plusieurs hypothèses comme des problèmes mécaniques, des prédispositions génétiques, des facteurs hormonaux (l’endométriose étant sensible à l’action des oestrogènes), un dysfonctionnement du système immunitaire (entrainant le développement des lésions).
 

Endométriose et douleur

L’endométriose est corrélée à de multiples troubles comme une fatigue chronique, des troubles intestinaux et/ou urinaires, des atteintes qui peuvent être digestives, une infertilité etc.
Mais le symptôme le plus caractéristique est la douleur physique (sans parler de la douleur psychologique), qui peut se manifester de plusieurs façons:
  • lors des règles (dysménorrhée) et de l’ovulation
  • lors des rapports sexuels (dyspareunie)
  • en allant à la selle et/ou uriner
  • des douleurs pelviennes, abdominales et/ ou lombaires (qui peuvent irradier jusque dans les jambes)
Si vous êtes vous-même endogirl, comme moi, vous attendez certainement avec appréhension chaque mois vos règles. Les douleurs peuvent démarrer dès la semaine précédente jusqu’à l’arrivée des règles, ce qui marquait me concernant, l’apogée de la douleur.
J’ai essayé plusieurs techniques pour traiter la douleur naturellement et pouvoir me passer de ces fameux anti-inflammatoires (qui au passage me flinguaient l’estomac tellement j’en prenais).
Au cours de mes recherches et expérimentations, quand j’étais étudiante en naturopathie, j’ai découvert une technique particulièrement efficace: le flux instinctif.

Le flux instinctif c’est quoi?

Le flux instinctif est la capacité du corps féminin à gérer lui-même le flux menstruel.
Quand le flux instinctif est maîtrisé, la femme n’a plus besoin de protections périodiques car elle sait reconnaître les signes lui indiquant que le sang a besoin d’être évacué (et qu’il est temps d’aller aux toilettes!).
Pendant les règles, les saignements ne sont pas continus, ils ont lieu seulement par intermittence. Quand le sang traverse le col de l’utérus (utérus, col de l’utérus, vagin, vulve), une mécanique se met alors en place: les muscles du périnée se contractent instinctivement, permettant au vagin de se resserrer et de contenir les quelques millimètres de sang dans de petites cavités (les fornix).
Les fornix se trouvent de part et d’autre du col de l’utérus.
Une femme à l’écoute de son corps ressent ces contractions comme un inconfort voire une douleur en bas du ventre. C’est le signe que le sang a besoin d’être évacué.

Pourquoi pratiquer le flux instinctif réduit les douleurs menstruelles?

Comme dit précédemment, la nécessité d’évacuer le sang se traduit par inconfort voire une douleur en bas du ventre (indiquant que le périné se contracte). Si la femme ne se libère pas à ce moment là, que se passe-t-il? Et bien le corps envoie des signaux encore plus forts, augmentant ainsi la douleur déjà bien présente avec l’endométriose.
En revanche, si on apprend à reconnaître les signaux de son corps, ceux-ci n’auront plus besoin d’être aussi forts!
A cela s’ajoute qu’il n’est plus nécessaire d’utiliser (ou beaucoup moins) des protections synthétiques jetables (même si c’est également possible sans pratiquer le flux instinctif).
Rappelons que nous trouvons dans ces protections (serviettes et tampons) beaucoup de matières douteuses et de perturbateurs endocriniens : résidus de pesticides, d’insecticides, des phtalates, des additifs, des pertes de fibres…
Le protections jetables viennent perturber la flore vaginale et peuvent augmenter les douleurs menstruelles.
Pour ma part, j’ai vraiment vu une différence quand j’ai commencé à pratiquer le flux instinctif, en association avec des protections lavables dès le deuxième cycle.
 
En résumé ce qui fait que le flux instinctif réduit les douleurs menstruelles, c’est qu’il permet:
  1. d’être plus à l’écoute de son corps et donc d’en réduire l’intensité des signaux (contactions du périné indiquant qu’il faut évacuer le sang)
  2. de ne plus utiliser de protections jetables (serviettes et tampons) sources de douleurs supplémentaires

 

Pratiquer le flux instinctif pour réduire les douleurs de l’endométriose

Je vous conseille au départ d’acheter des culottes menstruelles car vous aurez la sensation de porter des sous-vêtements classiques. Après plusieurs années d’utilisations, les protections jetables sont associées à un faible risque de « fuite » par le cerveau, ce qui le rend moins vigilant aux signaux du corps.
Ensuite, observez vos douleurs dans le bas du ventre et dès qu’elles se présentent, allez aux toilettes pour évacuer le sang. Au début des régles, vous aurez besoin d’y aller très souvent et cela s’espacera ensuite petit à petit.
Lors des premiers cycles, notez au bout de combien de temps vous devez aller évacuer le sang. Vous acquérez ainsi dans le temps une meilleure connaissance de votre corps.
Il est évident que cela prendra du temps pour maîtriser le flux instinctif à 100% et ne plus avoir besoin de protection. Mais il n’est pas nécessaire d’en arriver jusque là pour réduire la douleur.
Juste le fait d’observer les signaux de son corps et de les écouter est efficace. Vous pouvez très bien conserver une protection lavable en cas de « fuite ».

Plus
d'articles